autour du festival

L’ÉVEIL DE PRINTEMPS est un festival créé par des artistes. C’est un temps qui veut brasser des propositions abouties, des maquettes, des recherches, des performances, des rencontres, des improvisations, des formes hybrides — 9 pièces, pour la plupart des écritures inédites et 3 maquettes sur 25 représentations en 9 jours. Notre deuxième édition fait la part belle aux musiques. En effet, bien des pièces entretiennent un lien organique avec la musique, qui, loin d’y être un accessoire, y sera souvent jouée au plateau.
Lors, nous avons renforcé la présence de celle-ci en programmant cinq concerts que nous avons souhaité aussi dissemblables par les domaines que ces artistes explorent (electro-punk, rock, musique improvisée, baroque, chant de gorge inuit…) qu’apparentées de part l’exigence avec laquelle ces artistes mènent leurs explorations. Aussi, et afin d’approfondir notre fouille du son, nous avons voulu proposer aux artistes et festivaliers un autre outil de création sonore : nous ouvrirons pour cela, une web-radio.
Enfin, c’est à une dessinatrice qui travaille depuis toujours pour la musique (pochettes et affiches sérigraphiées, scénographies de concerts…) à qui nous avons confié le soin de créer le visuel de cette édition, ainsi que d’inviter une plasticienne de son choix, pour habiter, avec nous, LA GÉNÉRALE.

Les tentatives que nous accueillons sont aussi audacieuses que notre volonté de faire un festival populaire l’exige. En conséquence, les entrées sont en participation libre, le prix des repas n’arrache pas les bras et des ateliers seront proposés. D’autre part et dans la mesure du possible, les artistes sont présents en dehors des représentations, à l’accueil, au bar, au service, dans le public. Notre radio sera aussi un endroit qui favorise les rencontres, qui provoque les remuements…
Pour accompagner la création contemporaine, celle qui lance des gestes hardis, celle qui sourd, qui point, qui s’éveille, notre festival veut décloisonner les publics — les publics et les artistes.